• La nécessité impérieuse de dire l'amour du passé.

    La nécessité impérieuse de dire l'amour passé.


    Dire à la place de l'autre s'explique et se comprend .

    Dire à la place de l'autre - elle - ce n'est pas dire ce que l'autre  doit resentir ; ce n'est pas nommer à la place de l'autre ses propres ressentis c'est évoquer la relation et ses aspects positifs ainsi que les ressentis mutuels. Ce faisant il arrive nécessairement de dire l'amour de l'autre pour soi, sa qualité, sa longue durée. C'est évident, mais il ne s'agit là que de  dire ce que l'autre n'a pas dit dans son retrait.

    Dire à sa place s'est avéré nécessaire, impérieux, vital même. Mais cela n'a pas remplacé son silence. Le procédé a ses limites.


    Rompre autrement.

    On ne quitte pas l'autre sans un minimum explication . Et les explications ne devraient pas porter que sur les éventuelles insatisfactions des derniers mois. Du moins, au cas présent, il était et il est encore (car il n'y a pas prescription) bon de dire à l'autre - moi - que la relation a été riche, belle . Ne pas  dire à celui que l'on quitte que la relation a été source de bonheur est nuisible, nuisible à soi et à l'autre.

    Dire l'amour du passé permet de passer à l'amitié . Cette expression sur le passsé n'empêche pas de vivre un autre amour dans le présent bien au contraire . Enfin, dire tout le bon du passé ne signifie pas que la relation pouvait être frustrante dans les derniers mois. Cela suppose une clarification sur l'ambivalence des sentiements.

    Le mieux ne se réalise pas toujours au moment voulu. Ce qui ne se réalise pas dans le vif de la rupture peut être plus calmement affirmé ensuite.


    Ecrire et parler pour combler le vide.

    Il m'a donc fallu dire à la place de l'autre en guise de reconnaissance.

    Je n'ai jamais demandé son amour mais son amitié, toujours. Et derrière cette amitié il y a toujours eu non pas une demande de reprise de notre ancienne relation mais une demande de reconnaissance ,  que le "bonjour" survenu plus de deux après la rupture n'a pas totalement comblé.

    J'ai parlé et je parle encore pour combler un manque.


    Léo


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :